caf-caisse-allocations-familiales

Revalorisation des prestations familiales au 1er avril 2016 et modulation en fonction des revenus

Fin 2014, les chiffres faisaient état de 11,8 millions de foyers bénéficiaires de prestations familiales. En 2015, le déficit de la branche famille a presque été divisé par deux par rapport à 2014 (de 2,7 milliards d’euros à 1,5 milliard). C’est dans ce contexte que les prestations familiales ont été revalorisées au 1er avril de cette année par une circulaire interministérielle n° DSS/SD2B/2016/77 du 15 mars 2016.

Depuis la loi de financement de la sécurité sociale pour 2016, la revalorisation des prestations familiales s’effectue au 1er avril de chaque année, en fonction de l’inflation annuelle constatée. C’est ainsi qu’à compter du 1er avril 2016, le montant de la base mensuelle de calcul (BMAF) des prestations familiales, qui était gelé depuis le 1er avril 2014, est revalorisé de 0,1% passant de 406,21 à 406,62 euros (le montant d’une prestation familiale s’exprime toujours en pourcentage de BMAF, par exemple pour deux enfants à charge le montant des prestations familiales est de 41% de la BMAF). Les plafonds de ressources opposables pour l’attribution de certaines prestations ont quant à eux été revalorisés de 0,4% pour la période du 1er janvier au 31 décembre 2016.

En outre et pour rappel, le montant des allocations familiales est modulé depuis le 1er juillet 2015, en fonction des ressources des familles.Même si la CFTC Cadres a toujours été pour l’universalité des prestations familiales et s’est fortement opposé à cette réforme, il convient cependant d’en dépeindre les traits principaux  afin de ne laisser personne au bord du chemin.

Montant des allocations  familiales pour les familles de la tranche 1:

Composition du foyer % de la BMAF Montant mensuel
2 enfants 32% 129,47 euros
3 enfants 73% 295,35 euros
4 enfants 114% 461,24 euros
Par enfant supplémentaire 41% 165,88 euros
Majoration pour âge 16% 64,74 euros
Allocation forfaitaire 20,234% 81,87 euros

 

Montants des allocations familiales pour les familles de la tranche 2:

Composition du foyer % de la BMAF Montant mensuel
2 enfants 16% 64,74 euros
3 enfants 36,5% 147,74 euros
4 enfants 57% 230,62 euros
Par enfant supplémentaire 20,5% 82,95 euros
Majoration pour âge 8% 32,37 euros
Allocation forfaitaire 10,117% 40,94 euros

 

Montants des allocations familiales pour les familles de la tranche 3:

Composition du foyer % de la BMAF Montant mensuel
2 enfants 8% 32,37 euros
3 enfants 18,25% 73,84 euros
4 enfants 28,50% 115,32 euros
Par enfant supplémentaire 10,25% 41,48 euros
Majoration pour âge 4% 16,18 euros
Allocation forfaitaire 5,059% 20,47 euros

 

chiffres

Quelles sont les qualités et compétences nécessaires pour être cadre ?

Dans son étude n° 2016-05 sur la conjoncture et les stratégies professionnelles des cadres, l’APEC interroge environ 1.000 cadres sur leur perception de la situation économique et sur leurs stratégies professionnelles personnelles mais également sur ce qui, à leur avis, sont les qualités et compétences nécessaires pour être cadre.

Il ressort des réponses données par l’échantillon interrogé qu’être cadre nécessite plus que jamais de savoir analyser, décider et prendre ses responsabilités.

 

FIGURE 10

chiffres

Etude Apec : 1 cadre sur 5 est embauché dans le secteur informatique

Dans sa dernière étude, l’Apec s’intéresse au marché de l’emploi cadre dans les activités informatiques. Ce secteur est en effet particulièrement dynamique concernant l’emploi des cadres.

 

  • Un secteur qui recrute beaucoup de cadres

Les entreprises du secteur informatique, interrogées par l’Apec en 2015, prévoient d’embaucher pour 2016 jusqu’à 42.000 cadres. Elles constituent ainsi selon l’Apec les premières recruteuses de cadres en concentrant 1 recrutement de cadre sur 5.

figure 1

Par rapport à l’année 2015 où 37.000 cadres avaient été embauchés dans le secteur, le recrutement est en hausse de + 8 %, ce qui constitue le niveau de recrutement le plus élevé depuis 2008 toujours selon l’Apec.

  • Un secteur dont la confiance est élevée

Lorsqu’elles ont été interrogées fin 2015, les entreprises du secteur informatique se sont montrées particulièrement optimistes et confiantes quant à leur capacité à augmenter leurs effectifs.

35 % des entreprises du secteur informatique prévoient d’accroître leurs effectifs de cadres alors que dans les autres secteurs, cette proportion n’atteint que 8 %.

Cette confiance ne concerne d’ailleurs pas que les cadres et c’est tous les salariés du secteur informatique qui en profitent puisque selon l’Apec, 43 % des entreprises du secteur envisagent une augmentation d’effectif contre seulement 16 % pour l’ensemble des secteurs d’activités.

tableau 1

  • La majorité des emplois cadres sont créés dans le secteur informatique

Le secteur informatique est le premier secteur créateur d’emplois cadres avec 6.650 nouveaux postes cadres en 2015 (mais avec une baisse par rapport à 2014 où 9.380 postes avaient été créés).

Cela représente ¼ des créations d’emplois cadres.

  • Un recrutement majoritairement de jeunes cadres

Déjà en 2016, le recrutement de cadres dans le secteur informatique concernait pour 64 % d’entre eux des jeunes cadres débutants (ayant moins d’un an d’expérience) ou des cadres peu expérimentés.

Dans l’ensemble des autres secteurs, cette proportion n’est que de 50 %, ce qui montre bien l’appétence du secteur pour le recrutement de jeunes cadres.

tableau 4

Pour l’Apec, le recrutement de cadres en 2016 dans le secteur informatique devrait continuer de privilégier les jeunes cadres et même concerner un tiers de l’ensemble des embauches prévues de débutants sur des postes cadres.

Consultez l’intégralité de l’étude, directement sur le site de l’Apec.

journal

Journal Cadres CFTC n°144 – 1er trimestre 2016

2. Calendrier Formations 2016

3. Edito

4. Loi relative au dialogue social et à l’emploi

6. Loi de financement de la Sécurité sociale

8. Compte Personnel de Formation

9. DOSSIER : avant-projet Loi El-Khomri

17. Compte pénibilité

19. Médaille d’honneur du travail

21. Consultation sur la politique sociale

23. Tribune Libre par Bernard IBAL