apec

Etude APEC- Enjeux et perspectives pour l’emploi cadre en 2018

Les années 2017 et 2018 sont bien parties pour connaître un niveau sans précédent de recrutement de cadres. L’étude n°2017-36 menée par l’APEC revient sur les éléments permettant d’expliquer ce regain de recrutements et les mutations que connait actuellement le marché de l’emploi cadre.

UNE CONJONCTURE FAVORABLE

Le marché de l’emploi cadre se porte bien, grâce aux effets positifs d’une conjoncture favorable et d’évolutions structurelles.

En effet, l’INSEE prévoit dans sa dernière note de conjoncture de juin une croissance du PIB de 1,6 % en 2017, ce qui constituerait la plus forte hausse annuelle depuis 2011.

L’activité est donc bonne, notamment dans certains domaines particulièrement porteurs tels que les services marchands (+ 1,9 % en 2017) et l’investissement se développe avec une formation brute de capital fixe (FBCF) en progression de 2,3 %.

Selon l’APEC, ces bons résultats devraient perdurer, voire s’accentuer en 2018, puis en 2019.

Le contexte est donc particulièrement favorable au marché de l’emploi cadre qui en bénéficie en terme de volumes de recrutement. Il devrait en effet y avoir 215.000 recrutements de cadres en 2017 et 225.000 en 2018.

Selon l’APEC, le marché de l’emploi se tourne de plus en plus vers des compétences à forte valeur ajoutée.

Figure1 apec 23-10

UNE FORTE DEMANDE DE COMPETENCES

Selon l’étude menée par l’APEC, l’année 2018 devrait être la cinquième année consécutive de hausse des recrutements de cadres. Il y a donc plus de concurrence entre les entreprises pour le recrutement de cadres et certaines compétences sont particulièrement recherchées.

Face à une certaine saturation de l’offre, les entreprises seraient plus enclines à embaucher des cadres séniors ou des cadres jeunes diplômés, ayant moins d’un an d’ancienneté.

  • Conséquences sur l’emploi des jeunes cadres  

Les jeunes diplômés de niveau bac + 5 et plus ont de nombreux atouts à faire valoir. La maîtrise de nouvelles compétences et des nouvelles technologies permet en par exemple une insertion rapide dans le marché de l’emploi cadre.

La durée de recherche d’un emploi cadre pour un jeune diplômé, tout comme ses conditions d’emploi ont également tendance à s’améliorer en raison de la bonne conjoncture.

Bénéficiant d’un marché porteur et étant attractifs, les jeunes cadres sont courtisés par les entreprises qui doivent les attirer et les fidéliser. Pour ces jeunes cadres, l’important est de voir leur travail reconnu, de connaître une évolution rapide et des perspectives à long terme. S’ils voient dans les PME des structures souples, humaines et épanouissantes, ils ont le sentiment qu’une plus grande entreprise leur apporterait d’avantage de sécurité.

  • Conséquences sur l’emploi des cadres séniors

Les cadres séniors (50 ans et plus) sont ceux qui ont le moins confiance en l’avenir nous dit l’étude APEC. Cela se traduit par une très faible demande de mobilité pour ces cadres (20 % contre 40 à 60 % pour les cadres de moins de 50 ans).

La bonne santé du marché de l’emploi cadre pourrait également bénéficier à ces cadres seniors qui peuvent répondre à un besoin d’opérationnalité immédiate ou d’expertise pointue. C’est également un moyen pour les entreprises de garantir un transfert d’expérience et de compétences à ses équipes plus jeunes. Les cadres séniors sont aussi appréciés pour leurs compétences transversales, relationnelles et comportementales.

UNE TRANSFORMATION NUMERIQUE BENEFIQUE POUR LE MARCHE DE L’EMPLOI CADRE

 

  • Les cadres accueillent positivement la transformation numérique

Pour une entreprise, la transformation numérique consiste à intégrer pleinement les technologies digitales dans l’ensemble de ses activités[1].

Pour un bon nombre de cadres, la transformation numérique est une réalité déjà présente dans leur entreprise. Selon l’étude APEC, une majorité de cadre estime que la transformation numérique a un impact positif. Ils l’associent à une amélioration de la productivité, des conditions de travail et de l’image de l’entreprise.

Cette transformation digitale se répercute sur les recrutements.

En effet, la fonction études-recherche & développement et informatique représentait 12 % des effectifs en 2015 contre 4 % en 2005.

Dans les domaines touchant à l’industrie du futur ainsi qu’au bâtiment du futur tels que le BIM (building information modeling), la performance énergétique des bâtiments, l’internet des objets, le big data, la fabrication additive et le PLM (product life management), les besoins de recrutement de cadres sont déjà significatifs : + 72 % entre 2015 et 2016 du nombre d’offres publiées.

Figure 2

Ces nouvelles technologies sont également présentes dans les processus de recrutement, par exemple le recours par les entreprises aux réseaux sociaux professionnels et aux outils connectés a triplé entre 2008 et 2016. Selon l’APEC, 36 % des entreprises de 50 salariés ou plus les ont utilisés en 2016 lors de leur dernier recrutement de cadre.

  • Le rôle du manager dans la transformation numérique

Selon un sondage mené par OpinionWay pour Capgemini consulting en janvier 2017, les principaux motifs de frustration recensés par les cadres sont la possibilité de faire du télétravail, une hiérarchie jugée trop verticale, l’incapacité à permettre l’épanouissement personnel des salariés ou encore un faible niveau d’autonomie concernant leur charge de travail. La prise de décision est également un motif de frustration pour 4 cadres sur 10 qui estiment que la collaboration est inefficace dans leur entreprise.

C’est pourquoi les cadres accueillent positivement les nouvelles technologies. Ils les voient comme un moyen de responsabiliser les organisations et de leur laisser plus de souplesse, plus d’autonomie et une meilleure collaboration.

Attention toutefois car le numérique peut également générer des risques particuliers, notamment en matières de risques psychosociaux ou des dérives en matière de surveillance.

Une étude du cabinet Deloitte de mars 2017 révèle que 83 % des managers pensent que la digitalisation est une opportunité pour leur entreprise. Mais à l’inverse, 25 % considèrent qu’elle complique le travail de leur équipe.

Les managers encadrent aujourd’hui des collaborateurs de générations différentes, de plusieurs cultures et avec différents types de contrats. Ils ne doivent plus s’intéresser uniquement à l’évaluation de leur collaborateur mais plutôt sur le développement de leurs compétences. Problème, 41 % des managers disent ne pas connaître les nouvelles formes de management. D’ailleurs, près d’un manager sur deux est demandeur d’une formation en management.

[1] Gabriel Dabi-Schwebel

communiqué

Dîner-Débat : Un capitalisme solidaire, est-ce possible ? – 7 décembre 2017 à Paris

La CFTC Cadres accompagnée de l’URIF et de l’UD de Paris, organise un Dîner-débat le jeudi 7 décembre 2017 à 19h00 aux Salons du Relais à la Gare de l’Est.

Sur le thème « Un capitalisme solidaire, est-ce possible » avec la participation d’Olivier Pinot de Villechenon (avocat honoraire, a consacré tout le cours de son exercice professionnel à conseiller des chefs d’entreprise. Parallèlement, il a développé sa réflexion sur la place de la personne en lien avec le bien commun, publiant des essais et des articles) et Michel Boyancé (Enseignant – chercheur en philosophie)
Si vous êtes intéressé pour participer à ce dîner-débat, merci de retourner à l’URIF la fiche d’inscription (accessible ci-dessous), accompagnée de votre règlement par chèque.
Attention les places sont limitées (60 participants maximum) !

 

 

 

communiqué

Salon Paris pour l’emploi – 5 et 6 octobre 2017

L’équipe de la CFTC Cadres (en partenariat avec l’URIF) aura le plaisir de vous retrouver les 5 et 6 octobre 2017, pour la 15ème édition du salon PARIS POUR L’EMPLOI sur la place de la Concorde.

Pour information notre n° de stand est le D015.

 

apec

Etude APEC : la bonne santé du marché de l’emploi cadre

Dans l’une de ses dernières études, l’APEC s’intéresse au marché de l’emploi cadre. Selon son directeur général, Jean-Marie Marx, près de 6 entreprises sur 10 ont recruté au moins un cadre au cours du 1er trimestre 2017, un des niveaux les plus élevés depuis la création de notre baromètre trimestriel. Aussi, les entreprises sont plus nombreuses qu’il y a un an à être certaines de recruter au prochain trimestre. Ces bons résultats sont en phase avec la tendance haussière des recrutements annoncée dans nos prévisions pour 2017. Notons toutefois que davantage de recruteurs pourraient rencontrer des difficultés pour trouver certains profils de cadres.

La CFTC Cadres vous propose un récapitulatif des éléments clefs de cette étude.

 

Un contexte économique favorable et des résultats encourageants 

D’un point de vue économique, plusieurs facteurs sont encourageants. La croissance, par exemple, a connu une accélération au quatrième trimestre 2016 pour atteindre + 0,4 %, poussée par une demande intérieure des entreprises soutenue et par une hausse de la demande extérieure (+ 1,3 % grâce à la reprise des exportations dans toute la zone euro).

L’INSEE prévoit en 2017 une croissance du PIB en France de + 0,3 % au premier trimestre et de + 0,5 % au deuxième.

Le moral des entreprises est globalement bon 

Les entreprises qui jugent que leur environnement économique s’est amélioré par rapport à l’année dernière est en hausse de 5 points comparée à 2016. Celles qui jugent que leur environnement s’est dégradé sont moins nombreuses (- 2 points).

L’étude APEC révèle en revanche des disparités selon les secteurs. Parmi ceux où le moral des entreprises est bon, se trouvent les activités informatiques, la construction, le conseil et les services aux entreprises. A l’inverse, dans les secteurs du médico-social, de l’ingénierie R&D, et du commerce/transport le moral des entreprises est en berne.

Des recrutements en hausse

59 % des entreprises de plus de 100 salariés interrogées ont recruté au moins un cadre au cours du premier trimestre 2017 soit 4 points de plus que l’année précédente. C’est, selon l’APEC, un des niveaux de recrutement les plus élevé depuis la création du baromètre trimestriel. Depuis 4 semestres le taux d’entreprises déclarant avoir recruté un cadre au cours du semestre est au moins égal à 57 %.

Des prévisions de recrutement en hausse

Concernant les prévisions de recrutement, ils sont également en hausse puisque 55 % des entreprises interrogées prévoient de recruter au moins un cadre au prochain trimestre. Surtout, parmi elles, 73 % sont certaines d’embaucher contre 68 % il y a un an.

apec graph

Vous pouvez retrouver l’intégralité de l’étude directement sur le site de l’APEC et par exemple retrouver, par secteur, les tendances du recrutement de cadres.

communiqué

Dîner-Débat : l’Usine du Futur – 29 juin 2017 à Paris

La CFTC Cadres accompagnée de l’URIF et de l’UD de Paris, organise un Dîner-débat le jeudi 29 juin 2017 à 19h30 aux Salons du Relais à la Gare de l’Est.

Le thème de cette soirée est « Usine du Futur et Dialogue Social ».
Si vous êtes intéressé pour participer à ce dîner-débat, merci de retourner à l’URIF la fiche d’inscription (accessible ci-dessous), accompagnée de votre règlement par chèque.

 

 

 

communiqué

Salon Préventica, Santé et Sécurité au Travail, les 20, 21 et 22 juin

 

La CFTC Cadres vous invite à participer au prochain salon Préventica, relatif à la santé et à la sécurité au travail qui se tiendra Porte de Versailles les 20, 21 et 22 juin prochain. 

Le Congrès/Salon Préventica Santé et Sécurité au travail présentera les derniers équipements et les meilleures solutions pour préserver la santé et la sécurité au travail, améliorer les conditions de vie et tendre à une meilleure qualité de vie au travail.

Pour vous-y inscrire, complétez le formulaire d’inscription ici.

Le Congrès/Salon Préventica Santé et Sécurité au travail en chiffres

  • 3 jours pour s’informer, se former, rencontrer de nombreux experts et bénéficier d’opportunités d’affaires en un lieu unique.
  • 9000 visiteurs  issus de tous les secteurs d’activité : BTP, Industrie, Santé, Grande Distribution, Tertiaire, Administration, Collectivités territoriales…
  • 380 exposants venus de France et d’Europe pour proposer des stands axés sur la Santé et la Sécurité au travail et offrir aux visiteurs plus de 9000m² d’expositions et de démonstrations.
  • 140 conférences et ateliers solutions animées par près de 200 intervenants. 3500 congressistes sont attendus pour connaître l’actualité de la prévention dans tous les secteurs d’activité.

Les thèmes de la Santé/Sécurité et de la qualité de vie au travail

SANTÉ/SÉCURITÉ AU TRAVAIL

  • PRÉVENTION DES RPS
  • PÉNIBILITÉ / TMS
  • AMÉNAGEMENT DES ESPACES DE TRAVAIL
  • ACCESSIBILITÉ
  • CONSEIL / FORMATION
  • GESTION DES PRODUITS DANGEREUX
  • MAINTENANCE / TRAVAUX EN HAUTEUR
  • HYGIÈNE DU PERSONNEL
  • SOLUTIONS DE MANUTENTION
  • SÉCURITÉ INCENDIE / SÛRETÉ
  • ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION
  • RISQUE ROUTIER
  • SOLUTIONS AMIANTE
  • AMENAGEMENTS DE VÉHICULES UTILITAIRES
  • RISQUES CHIMIQUES
  • MAINTENANCE / TRAVAUX EN HAUTEUR
  • SÉCURITÉ ELECTRIQUE

BIEN-ÊTRE/QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL

  • MANAGEMENT SST/QVT
  • GESTION DU STRESS/ PRÉVENTION DES RPS
  • ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SPORTIVES
  • PRÉVENTION DES ADDICTOLOGIES
  • ACCESSIBILITÉ
  • AMMA ASSIS/OSTÉOPATHIE/KINÉSITHÉRAPIE
  • MUTUELLES/ COMPLÉMENTAIRES SANTÉ
  • ERGONOMIE DES ESPACES DE TRAVAIL
  • COACHING/SOMMEIL/ALIMENTATION

communiqué

Revalorisation des prestations familiales

Les prestations familiales ont été revalorisées de 0,3 % au 1er avril 2017.

Ces prestations concernent presque 12 millions de foyers en France.

Consultez le communiqué de presse de la Caisse Nationale des Allocations Familiales et l’ensemble des nouveaux montants des prestations familiales ici.

communiqué

La CFTC conforte son ancrage dans le paysage syndical français

LA CFTC CONFORTE SON ANCRAGE DANS LE PAYSAGE SYNDICAL FRANCAIS  

Le Haut Conseil du Dialogue social s’est réuni ce matin pour annoncer l’audience de chaque syndicat au niveau national et par branche à partir des résultats des élections professionnelles. La CFTC remercie l’ensemble des salariés qui lui ont accordé leur confiance durant toute l’étendue de ce 2nd cycle de 2013 à 2016. Elle remercie également ses militants qui chaque jour portent les valeurs de la CFTC.

Avec une audience nationale de 9,49%, la CFTC progresse par rapport au premier cycle (2009 -2012). Elle prouve ainsi que son ancrage dans le paysage syndical français est solide. Avec une voix plus déterminante que jamais, elle continuera donc à peser, durant les quatre prochaines années, dans toutes les négociations interprofessionnelles.     

Cette force d’action que les salariés lui ont accordée par leurs votes, la CFTC continuera à l’employer à leur profit. Défendre tous les salariés, les demandeurs d’emplois et, plus largement, tous les actifs constituera son unique priorité. Elle poursuivra son effort pour accentuer la dynamique qui a conduit à cette progression et qui a permis dans de nombreuses branches d’obtenir une place prépondérante.

La légitimité de la CFTC repose aussi sur son histoire, sur les avancées sociales auxquelles elle a contribué et sur sa conception singulière d’un syndicalisme fondé depuis près de 100 ans sur des valeurs de dignité et de respect de la personne humaine.

Dans le contexte actuel de chômage persistant, de questionnements autour de l’avenir du travail, de son statut, de ses protections, les salariés ont besoin d’une organisation constructive et déterminée. La CFTC, toujours en phase avec son époque continuera à tenir ce rôle, à agir pour le bien des travailleurs et  de leurs familles.

 

Contact presse : 01 73 30 43 54 / 06 33 26 08 71 – presse@cftc.fr

 

Retrouvez les résultats et le communiqué de presse de la Direction Générale du Travail directement ici :  communique-de-presse-nouvelle-mesure-de-l_audience-syndicale 2017 (1)