Etude Apec : un écart de salaire de 8,5 % entre les cadres hommes et femmes

La dernière étude Apec, publiée le 4 mars, revient sur les différences de salaire observées en 2013 chez les cadres entre les hommes et les femmes. Voici ce qu’il faut en retenir.

La rémunération annuelle brute moyenne, incluant le fixe et les variables, s’élève chez les cadres en 2013 à 54.800 € par an. La rémunération médiane est de 48.000 € par an.

L’étude comparative qui suit a été faite à caractéristiques communes (même tranche d’âge, même tranche d’ancienneté, même fonction, même nombre de cadres encadrés, même région de lieu de travail et niveau de diplôme identique) et en ne prenant en compte que la part fixe du salaire, afin d’éviter des effets de structure.

Avec une marge d’erreur de 0.8 points, les hommes cadres gagnaient en 2013 8,5 % de plus que les femmes cadres.

Les différences de salaire en fonction de l’âge et de l’ancienneté :

L’écart de salaire entres les cadres hommes et femmes s’accentue avec l’âge, puisqu’il n’est que de 4,2 % chez les moins de 30 ans et atteint 12,5 % chez les cadres de plus de 50 ans.

En revanche, l’ancienneté n’a que peu d’effet sur les écarts de salaire. En effet, à caractéristiques communes, les écarts de salaire entre hommes et femmes varient entre 7,9 % et 10,1 % selon l’ancienneté.

figure 1 Figure 2

Les différences de salaire en fonction de la fonction exercée :

L’écart de salaire entre les cadres hommes et femmes s’accentue fortement selon la fonction occupée. Il ressort de l’étude que la fonction la plus discriminante pour les femmes est la direction d’entreprise qui connait un écart de 14,1 % entre hommes et femmes.

La fonction informatique en revanche connaît de faibles écarts de rémunération puisque celui-ci n’est que de 5,5 % alors que le taux de féminisation dans cette fonction est très faible. Ainsi cela démontre que ce n’est pas parce qu’une fonction est peu féminisée (seulement 20 % de femmes dans la fonction informatique) que les écarts de salaire entre hommes et femmes s’en ressentent. A l’inverse, dans la fonction ressources humaines, dont plus de 65 % des effectifs sont des femmes, l’écart de salaire est de 11, 3 %.

Il ressort également de l’étude que le degré d’écart de salaire entre hommes et femmes peut être lié à l’effectif supervisé : plus le nombre de cadres encadrés augmente, plus l’écart de salaires fixes entre femmes et hommes se creuse, au désavantage des femmes. Un homme encadrant une équipe comprenant 7 cadres et plus, gagne en moyenne 10,8 % de plus qu’une femme aux mêmes conditions.

 

tableau 7 tableau 9