chiffres

Les recrutements de cadres en hausse de 5 % par an jusqu’en 2019 ?

Dans son étude n°2017-31, l’APEC s’intéresse aux prévisions de recrutement de cadres en France pour la période 2017-2019. Basée sur trois scénarios de croissance plausibles, cette étude calcule les prévisions de recrutement de cadres en fonction d’indicateurs clefs (PIB, Formation Brut de Capital Fixe (FBCF), part de cadre en poste dans l’ensemble des départs à la retraite).

Les prévisions de recrutement de cadres 2017-2019 en cas de « croissance soutenue »

La croissance économique en France devrait atteindre 1,6 % sur l’ensemble de l’année 2017. Selon le scénario de « croissance soutenue » la croissance devrait s’amplifier et atteindre + 1,8 % en 2019. Plusieurs facteurs pourraient justifier cette reprise de la croissance selon l’APEC, comme l’investissement des entreprises portées par de bonnes perspectives d’activité, l’investissement des ménages notamment en biens immobiliers, la reprise de l’activité dans la construction ou l’industrie manufacturière. Le développement du commerce extérieur est également un moteur de la croissance, tout comme les gains de compétitivité engrangés grâce au CICE et au Pacte de Responsabilité et de Solidarité.

Ce contexte économique favorable devrait permettre la création nette en 2017 de 203.000 emplois salariés marchand selon l’INSEE et encore plus les années à venir.

Figure 1

Le nombre de recrutement de cadres devrait, selon ce scénario, augmenter de 5 % en 2017.

Les prévisions de recrutement de cadres 2017-2019 en cas de « croissance dynamique »

 

Dans ce scénario également optimiste, l’APEC table sur la réactivation de différents moteurs de l’activité tels que de bonnes perspectives d’activité, des commandes remplies, des dépenses d’investissement des entreprises mais aussi bonne consommation des ménages. L’industrie et la construction retrouveraient dans ce scénario un climat favorable.

Ce scénario et ses « enchaînements vertueux » permettraient selon l’APEC d’atteindre une progression du PIB supérieure à 2 % en 2019 et un taux de chômage qui reviendrait sous la barre des 9 % dès 2018.

Figure 2

Ici, le volume de recrutements de cadres serait en nette progression avec + 5 % en 2017 et + 7 % en 2018 et 2019.

Les prévisions de recrutement de cadres 2017-2019 en cas de « croissance bridée »

 

Le troisième scénario établi par l’APEC s’appuie sur des indicateurs nettement moins optimistes. En effet, ici la progression du PIB se situerait autour des 1 % de 2017 à 2019. L’investissement n’augmenterait que de 1,7 % d’ici à 2019 et la consommation des ménages serait réduite au profit de l’épargne. Enfin, la balance commerciale serait freinée par l’absence de gain de parts de marché.

Dans ce scénario, le taux de chômage se maintiendrait au-dessus des 9 %.

Figure 3

Dans le cadre de ces prévisions assez pessimistes, l’APEC tablerait sur une hausse des recrutements de cadres de seulement 4 % en 2017 puis une augmentation ralentie de + 2 % en 2018 et + 1 % en 2019. Ici, c’est surtout la faible progression de l’investissement qui limiterait la hausse des embauches de cadres, l’APEC expliquant que sans forte reprise de la FBCF la hausse des recrutements de cadres serait ralentie.